Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 13:09

Avant, dans ma ville, quand j'allais au Courrier Républicain, en général, j'y faisais plusieurs choses : j'y postais un ou deux RAR (je sais, c'est chronique), achetais quelques jolis timbres, parfois retirais un paquet, ou des sous. Ensuite, je suis partie à la campagne et j'ai continué de même dans les petites agences locales.

Et puis, l'autre jour, je me suis rendue au Courrier Républicain central de la ville où j'habitais, non sans plaisir d'ailleurs. Fouler à nouveau le pavé de rues familières, en reconnaître les odeurs, les couleurs, cela fait chaud au cœur.

Bref, je pousse la porte et là….catastrophe !

Je me retrouve devant une petite machine me demandant - certes silencieusement mais tout de même ! – de "tapez tant" pour ceci ou cela (recommandés, timbres, etc..). J'en suis restée sans voix. On avait copier-coller la hotline de Gaule Pigeons Voyageurs ! Pire, on l'avait concrétisée en dur !

Un double cauchemar !  J'ai dû faire la queue trois fois ! Une fois pour ceci, une fois pour cela, et une autre encore !

Je ne vous dis pas la rentabilité ! (Et qu'est-ce que les employés doivent se faire c…. réduits qu'ils sont ainsi à une seule tâche à longueur de poste !)
Chapeau pour l'intelligence managériale ! Wouahouh !

 "Ou alors c'est pour décourager les gens d'aller au Courrier Républicain et supprimer carrément ce service public ? me suis-je demandée en entamant ma troisième queue. Comme ça ils ne pourraient même plus avoir recours au courrier recommandé avec accusé de réception ? Et comme ça tous les gros organismes pourraient mieux se serrer les coudes contre les petits emm… de mon espèce ?"

"Mais non, les théories du complot sont ridicules", me suis-je ensuite sermonnée tandis que la queue faisait une petite avancée.

Mais comme on piétinait de nouveau, la cogitation a repris. C'est vrai, quand on sait que Courrier Républicain et Gaule Pigeons Voyageurs étaient une seule et même boîte, on peut se poser quelques questions.

"Le seul problème c'est que les hypothèses qu'elles provoquent sont contradictoires…" m'avisai-je assez vite en me balançant doucement d'un pied sur l'autre pour alléger l'attente.
En effet.

D'un côté (pied gauche) : ce désastreux copier-coller de hot-line ne viserait-il pas à éradiquer Courrier Républicain au profit des multiples entubages opérés par Gaule Pigeons Voyageurs, le citoyen lambda ne pouvant plus s'en défendre à coups de RAR ?  On va me rétorquer qu'on peut envoyer des RAR par le net. Désolée, mais tout le monde n'a pas le net, ne sait pas s'en servir ou n'en a pas les moyens ! Et puis mieux vaut éviter de foutre sa carte bancaire en ligne !

De l'autre (pied droit) : les tentatives d'entubage opérées par Gaule Pigeons Voyageurs n'auraient-elles pas, au contraire, pour objectif de pousser à une consommation débridée de RAR, histoire  d'enrichir Courrier Républicain ? (Il faudrait calculer le nombre de RAR suscités par personne et par an par Gaule Pigeons Voyageurs. Je suis sûre  que c'est plus que rentable !)

Bref, de micro-pas en micro-pas, me voilà en train d'osciller entre éradication (pied gauche) ou multiplication (pied droit) des RAR. Boudiou ! L'effet des queues répétitives sur le cogito !
Heureusement, c'est mon tour !

Et - Ouf!- la préposée ne me sort pas un enthousiaste et juvénile "Bonjour, vous êtes bien chez Courrier Républicain ! Marie Duchemolle, que puis-je faire pour vous ?". 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Roland 14/05/2009 18:45

En effet les bureaux de postes (lieux conviviaux et républicains, et ouverts jusqu'à 7 heures du soir y compris le samedi, autrefois, du temps où sans informatique moderne le courrier était presque à coup sûr et avec fiabilité distribué le lendemain dans presque toute la France, du temps où on trouvait des cabines téléphoniques et les annuaires de toute la France dans les bureaux de poste, l'époque où on ne traitait pas les citoyens clients comme des bestiaux des déportés et des terroristes ) sont devenus des lieux infects puants le mépris et l'art sadique et libéral-fasciste rendre le plus pénible possible la vie des terroristes sans droits, pardon des "clients" qui sont encore réduits à s'y rendre Qand on se souvient des bureaux de poste (et des trains postaux, qui n'existent plus depuis une dixaine d'année, c'est peut-être aussi pour ça que le courrier est devenu si lent, et en plus ils pouvaient rendre service au voyageur se déplaçant entre minuit et 5 heures du matin) de 1960 et qu'on voit ce que c'est devenu maintenant on a envie de vomir ou de pleurer dans son coin. (ou quand on revoit, au détour dans voyage dans un pays comme la Roumanie, ou l'Inde un bureau de poste encoore digne de ce nom et dans lequel règne une ambiance de pays civilisé.)maintenant le seul nom de "bureau de poste" me donne des cloques sur la poitrine !Je suis persuadé que même en URSS sous Staline ce n'était pas comme ça et qu'on y respectait davantage les gens.

Amada 14/05/2009 20:57


Bonjour Roland,
Merci de témoigner par votre commentaire votre intérêt pour mon travail.
Il est vrai que se rendre dans certaines postes est devenu pénible, alors que si c'est pour poster une lettre à un ami ce devrait être une joie. L'autre jour, une dame me confia que maintenant, il
lui fallait prévoir toute la matinée pour arriver à faire tout ce qu'elle avait à y faire.
 Cela dit, ce sont d'évidence l'organisation générale, la façon dont sont traités les gens, etc qui génèrent tout ceci (cf Une France percluse de rhumatismes).
Bien cordialement
Amada
 


Présentation

  • : Le blog d'Amada
  • Le blog d'Amada
  • : Un regard ethnologique et artistique sur les dysfonctionnements quotidiens en France, comme par exemple l'emprise dérégulant des hots-lines, les incessantes trangressions des règles, les solutions bloquées par la rigidité idiote des catégories administratives. Bref les raisons de la lassitude et de la passivité politique des Français.
  • Contact

Profil

  • Amada
  • Ethnologue, journaliste, écrivain.
  • Ethnologue, journaliste, écrivain.

Bienvenue sur mon blog

La "dérégulation", une histoire lointaine ?
 Non. C'est au quotidien qu'elle s'impose !

De nouvelles pratiques sociales — notamment les hot-lines et les centres d'appels, ou l'usage administratif et commercial d'Internet, pour ne parler que d'elles — sont subrepticement devenues sources d'une multitude d'abus de pouvoir relativement invisibles, d'illégalités sourdes, d'arnaques silencieuses.

Ces "minuscules" dysfonctionnements génèrent un "aquabonisme" de plus en plus massif, une lassitude généralisée... Et, en ce domaine, la réalité dépasse souvent la fiction. 
Histoire de faire sauter les langues idiotes qui, bien souvent, soutiennent en choeur les imbécillités, les incohérences et le cynisme ambiant de cette "dérégulation" :

 - Les déboires d'Amada" racontent des faits significatifs. 
 - Le laboratoire d'Amada  présente des esquisses théoriques tirées pour la plupart des premiers (textes déposés). 
- AmadO's blues : un de mes amis s'agace avec moi de la confusion mentale généralisée. Je lui ai ouvert mon blog.
- Les articles Michaël Jackson sont des tentatives pour éclairer certains pans de nos sociétés  médiatiquement orchestrées (textes déposés.).
- Plus quelques notules, quelques textes fondateurs et des liens...

Bonne lecture !

A signaler

Argent, dette, intérêts : ouvrir les yeux !  
A.J.Holbeq: 150 millions par jour pour les seuls intérêts de la dette en France . Faits et chiffres à propos de ce racket
 

Une façon critique jubilatoire de lire le monde : Celle de P. Reymond.

Et vu du ciel astrologique, ça donne quoi ?

Archives

Brèves

Avril 2011 :Destruction herboristerie, phytothérapie, semences traditionnelles par l'UE.
Halte au massacre > Explications et Pétition 
http://www.defensemedecinenaturelle.eu/