Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 septembre 2013 6 28 /09 /septembre /2013 22:28

 

 

les-de-boires-d-Amada.gif

Bon, je vais à La Poste, j'ai des recommandés à envoyer. Plusieurs. Avant c'était non contradictoirement chiant et plaisant. Maintenant c'est assez angoissant parce que le plan de La Poste c'est de m'habituer aux robots.

Bref, je fais la queue pour obtenir les formulaires. Et je vois qu'il faut faire la queue à un autre guichet pour la suite. Que fais-je ? Je m'installe dans la queue mais par-terre pour remplir mes formulaires et être prête quand ce sera mon tour. Logique, non ?

La dame du guichet qui l'a quitté temporairement pour une raison X y retourne. Elle me voit par-terre.

"Madame, il y a des tables !" m'interpelle-t-elle. Est-ce par charité, parce que choquée, pour honorer le côté de plus en plus "léché" de l'endroit ? Je ne sais pas, mais je réponds illico : "Oui, mais je fais la queue" sans me démonter.

Tête baissée, je continue à remplir mes formulaires tout en poussant régulièrement le tas de paperasses qui est devant moi pour que quiconque voit bien que je fais la queue. Mais voilà que de clinquantes bottines, trottinent et me doublent (il faut dire que j'ai manqué de vigilance, j'ai laissé 50 cm d'écart entre le monsieur qui me précède et moi...). Une brève évaluation de l'évolution de la queue, j'en conclus que ce n'est pas grave.

C'est au tour des bottines. Ayant pour ma part fini ma tâche au sol, j'attends debout derrière et quand elle a fini, je la regarde - je veux dire celle qui est dans les botinnes - en disant : "Merci !"
"Merci ? De quoi ?"
"Mais de vous avoir laissé me doubler sans rien dire chère demoiselle"
lui souris-je, sans agressivité, mais un tantinet ironique.

Et là, pétage de plomb de la demoiselle : "Et vous là, affalée par -terre...!" crache-t-elle de mépris et bien fort avant de tourner les talons d'un air offusqué pour bien faire comprendre au "public" que la victime c'est elle.

Et, cette fois, je dois me rendre à l'évidence : en jean, assise par terre, sans vernis vert pétant sur les ongles, ni grosses lunettes de soleil, ni blush, ni vert à lèvre,  ni petite moue "je t'emmerde", je fais désormais tâche... L'auto-contrainte des corps a dangereusement augmenté... 

Passage au guichet. Questions précises. Réponses technico-commerciales que je ne suis pas sûre de comprendre. Je reformule donc à ma manière : "Si j'ai bien compris, dans ce cas ceci (image genre bande dessinnée), et dans ce cas cela (idem) ?"

Est-ce ma spontanéité, l'humour de mes images, mon précédent "assise par terre" ? La guichetière aux traits jusque-là tirés, se déride ! Et la suite est agréable !  Comme quoi, des fois, la simplicité peut encore être vecteur de sociabilité en France... Ouf !

Reste le bon sens :  pouvoir faire plusieurs choses au même guichet, serait plus simple,  non ? (Ah non, pardon, c'est moins "léché" : chaque chose dans sa case....) Alors imaginer des tables à roulettes - comme ça on pourrait remplir les recommandés en faisant la queue, debout-, pur délire...



 

 

Repost 0
26 décembre 2012 3 26 /12 /décembre /2012 16:37

les-de-boires-d-Amada.gif

Bon, ce blog a pas mal dormi.  Il faut dire que retrouver un toit et du boulot après 4 ans de précarité totale, ça incite vraiment à se re-poser.  Mais, les emm... n'ont pas pour autant cessé, même si elles ont perdu le pouvoir de me foutre par terre.

Le dernier "gros truc" en date, c'est la perte de mon procès. Pour rappel, j'avais loué un studio (500 euros par mois, 19 m2) dans une résidence dîte hôtelière, offrant connexion Internet, salle de "petit déjeuner", salle de fitness et gardiennage, avec deux mois de loyer offerts pour un engagement de six mois. Petite remarque en passant, dans le coin, grosso modo, tous ceux qui sont dans la partie basse du salaire médian sont contraints de louer dans ce genre de résidence vu qu'ils ne peuvent justifier d'un salaire de trois fois ce montant, sauf à se faire de fausses fiches de paie, pratique courante. D'ailleurs je suis retournée voir une ex voisine dans cette résidence la semaine dernière et, surprise !, une seconde résidence dîte hôtelière avait poussé juste devant, preuve que ce doit être rentable.

Deux ans, ça aussi été la durée de ce procès motivé par une menace d'expulsion manu-militari si je ne réglais pas sur le champs les deux mois de loyer offerts au nouveau gestionnaire (le 4eme en deux ans, le dernier s'étant barré avec la caisse, les passes, sucrant aussi au passage la distribution du courrier qui s'est perdu pendant des mois on ne sait où, etc, à l'été 2010). Plus le fait que la connexion Internet avait été coupée sans crier gare, que chacun a du prendre un abonnement EDF en plus, que les salles de "petit-déjeuner" et de fitness  avaient été fermées (ainsi que l'accueil), le gardiennage supprimé (illégal pour ce genre de résidence) et l'entretien interne et externe réduit à peau de chagrin.

Mon avocate m'ayant assurée qu'il était inutile que je vienne aux audiences et ereintée par ma vie, je m'en étais donc dispensée (toute confiante que j'étais vu le dossier). Première conclusion, je devais les deux mois offerts (1000 euros donc) ! Pourquoi ? Parce qu'il manquait une signature et ce bien que la caution bancaire d'un an que j'avais versée précisait bien qu'elle correspondait à un an moins deux mois de loyer offerts de mon bail. Résultat de cette première manche, la victime (moi) se ruine pour, finalement, être désignée coupable... (Note : la société qui m'avait établi mon bail a "disparu" pendant un temps avant de réapparaître avec les mêmes offres à 70 kilomètres de là...)

Restait la question du défaut de respect des services inclus. Cette fois, assez remontée je me rends à l'audience. Un juge derrière une table, de l'autre côté les deux avocats des deux parties et moi. Durée ? 3-4 minutes avec interdiction pour la plaignante (moi) de parler. Je l'ai quand même fait. Est-ce pour cela ? Le défaut de service a été reconnu (réduction des derniers loyers pour un total de 300 euros).

Donc pour les 1000 euros, soit je faisais appel et c'était reparti pour un tour, soit je payais. Vous savez quoi ? J'ai payé. Déjà que le procès m'avait bien plus couté que les 1000 euros, je n'allais pas encore  payer pour risquer le même déboutage en 2-3 minutes. Finalement c'est assez juteux la justice en France : tu de défends (tu paies) tu perds, tu fais appel (tu paies), l'autre contre (tu repaies) et ainsi de suite jusqu'à quoi, la Cour de justice Européenne ?

Si c'était à refaire je récupèrerai mes 1000 euros directement.

C'est pareil, j'ai un copain qui suite à la liquidation de sa société s'est retrouvé en procès. Au cours des 3-4 minutes de son audience, le juge a simplement estimé que, je cite, "la banque a toujours raison"....! Il fait appel, son avocat "oublie" de le faire, et quelques moins plus tard, la banque lui réclame 20.000 euros dans les 6 semaines, faute de quoi elle lui saisit sa maison...

Et, depuis, des histoires comme ça, de "petits" déboutés en justice au profit des "gros", j'en ai entendu à la pelle (y inclus pour mon avocate en butte à un problème de voisinnage avec un gros restaurateur bien "introduit" comme on dit vulgairement).

 

Repost 0
20 juillet 2012 5 20 /07 /juillet /2012 20:54

 

Que se passe-t-il au juste en Syrie ? Mystère et boule de gomme en vérité. Entre les discours massmédiatiques et les multiples reportages Internet, qui croire ?

Lorsque l'on sait quels obstacles médiatiques sanglants la révolution bolivarienne issue du peuple vénézuelien a du, su et voulu déjouer lors du putsh qui a failli démettre Chavez, quand on voit la propagande massmédiatique mondiale qui continue d'être menée contre ce "tyran" et contre d'autres dirigeants latino-américains de sa trempe, on ne peut que se demander qui dit quoi et pourquoi.

Avertis par ce qui s'est passé au Vénézuela et face aux infos contradictoires qui cirulent sur les "massacres" en Syrie, il faut peut-être cesser de "croire", pour "voir" ce qui se passe sur cette planète :  "Voir", puis choisir et vouloir ensemble.

Lorsqu'en 2009 j'ai proposé la métaphore de l'Hydre pour penser le mode de domination dans lequel est pris le monde d'aujourd'hui, j'avais pris la révolution islandaise, complètement "omertéé' par le massmédiatique, comme base de réflexion sur la figure d'Hercule qui avait débarassé la contrée de l'Hydre.

Tout bien réfléchi, il me semble que la "révolution bolivarienne" est une meilleure illustration du processus. Elle en dit plus sur :

- la détermination nécessaire des peuples à choisir leur destin, ce qui éxige préalablement qu'ils "voient" : la conscience.

 - sur la lutte apparemment sans fin contre des têtes qui repoussent en double une fois coupées,

- jusqu'à ce qu'émerge l'impérieuse nécessité de s'attaquer concrètement à la cause des cause : selon Etienne Chouard en France, le processus consituant, mais aussi la souveraineté monétaire.

Les révolutionnaires du Vénézuela nomment leur révolution "La IVeme guerre mondiale". Un guerre pour la paix de la vie : contre l'ultralibéralisme qui détruit la "pachamama" (la terre-mère), qui esclavagise les peuples, détruit leur mémoire, s'oppose à la liberté.... Son arme : la constitution dont chacun a le texte.

Est-ce une coïncidence ? Cette révolution s'est ancrée en 1992-1993, au moment où tous les peuples d'Europe ont été invités à dire "oui" à l'article 104 de Maastricht qui allait les déposséder de leur souveraineté et qui leur fut ensuite imposé dans le traité de Lisbonne auquel ils avaient dit "non". 

20 ans déjà, des deux côtés...

J'ai la triste l'impression que tandis que les vénézuéliens s'éveillaient, nous nous sommes abrutis... Il faut dire que là bas, il faut le savoir, une révolution des riches (dans les rues) contre les pauvres a failli tout faire capoter.

Pour ceux que la conscience intéressent, voici 5 vidéos instructives racontant cette "IVeme guerre mondiale" initiée par les vénézuéliens.

 1 / 2 / 3/ 4 / 5

Repost 0
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 12:11

AmadO-sblues.png

 

Le bal des ménagères est fini, ouf !

C'ést étrange, on dirait que la presse est soudain en mal de "sujets" ! Qu'elle n'a plus assez de "petites phrases" à dresser en épingle, plus de pseudo-drames à brandir à la une. On dirait qu'elle tourne en rond. On dirait qu'elle... s'ennuie !

Si cela pouvait la ramener un tant soit peu à nous informer du fond... ?

Bon, assez rêvé. Voici un petit lien utile pour les législatives : mon député.fr

Et une vidéo instructive sur les effets du pouvoir gardé trop longtemps sur l'esprit républicain des élus. D'évidence rendue folle de rage par l'élection de F.Hollande, qu'elle estime illégitime, cette députée maire se serait ensuite tournée vers le conseil constitutionnel pour la faire annuler selon le Parisien. Il faut dire qu'elle avait déjà, dit-elle d'un air grave dans la vidéo, "assuré la relève" de son mandat (via sa fifille) ! Une tendance engodame qui se généralise en France...

C'est curieux, black out total de l'évènement. Nos médias ont préféré se réfugier dans le descriptif plat des cérémonies institutionnelles.

 

Repost 0
Published by Amada - dans AmadO's blues
commenter cet article
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 11:12

  les-de-boires-d-Amada.gif

Bon, c'est la fête du travail.

Je viens de rembourser Pôle-emploi, ric-rac, juste à temps (j'ai quand même attendu mes derniers honoraires, histoire de ne pas me mettre à découvert).

(Avant de raconter l'histoire, un petite précision sémantique. On désignera par revenus, une rémunération salariée et par "revenus" des honoraires.)

 Donc pourquoi ce remboursement ? Parce qu'étant auto-entrepreneur, mes "revenus" ont annulé 8 ans de cotisations patronales et salariales. Comme mes "revenus" d'auto-entrepreneur sont plus élevés que mes ex-droits à l'allocation chômage, cela les a annulés : j'ai donc touché ces petites sommes indument.

Que l'ensemble de l'opération m'ait laissée sous le seuil officiel de pauvreté n'a rien à faire dans cette comptabilité. Comme me l'a rappelé ma conseillère d'un air de papa-maman faisant la leçon à une ado inconséquente : " Ce que les gens n'arrivent pas à comprendre, c'est que l'allocation chômage n'a pas vocation à être un complément de revenu."

.... Heu... Par contre, il me semble, enfin si je me souviens bien, c'était bel et bien le but explicite initial des "revenus" de l'auto-entrepreneur : compléter des revenus...

Bref passons. J'ai donc rendu mes cotisations patronales et salariales reconverties en allocations chômage, à Pôle-emploi.

Pour être tout à fait honnête vu qu'elles me venaient d'un CDI à temps très partiel, il n'était pas difficile de "gagner plus" selon un slogan de ces derniers temps.  Heureusement tout de même que j'avais fermement négocié notre "rupture conventionnelle" ! Elle m'a évité de couler durant les 3 premiers mois de chômage (ou, de leur fait, j'étais privée de mes droits). Et trois mois après, elle m'a permi de rembourser les deux mois d'allocations indues. 

Cela étant, bonne nouvelle, ces deux derniers mois mes "revenus" me mettent légèrement au-dessus du Smic. Je veux dire en tant qu'auto-entrepreneur.

Et pour la suite on verra.

Pour l'instant, tout va bien. Vivons au jour le jour.

Repost 0
17 avril 2012 2 17 /04 /avril /2012 11:18

AmadO-sblues.png

 

Pourquoi cette campagne présidentielle me désole ? Et je ne suis pas le seul.

Parce que la plupart des candidats admis à la présidentielle (après omerta monstrueuse sur certains d'entre eux dont F. Asselineau) dérogent au rôle du président tel que défini par notre constitution, article 5 : "le Président de la République veille au respect de la Constitution. Il assure, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l'EtatIl est le garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité du territoire et du respect des traités."

 On en est très loin. Moi je ne vois dans cette présidentielle, que des ménagères fourrant tour à tour leur nez dans la gestion des boucheries, dans la date de versement des pensions, dans la gestion des permis de conduire etc, ou se crêpant le chignon. En vérité, c'est là le rôle du gouvernement, qui, lui, a la charge des affaires de la Nation (article 20 de la Constitution), si tant est que ces petits détails ne se situent pas un cran en dessous des questions gouvernementales. 

 Il faut dire que les médias sont très friands des petits contenus de ces petits paniers, incapables de voir au-delà, et, pire, prétendent parler à la place "des français" qui, d'après eux, ne cherchent pas plus loin non plus. Quand ce n'est pas plus lamentable encore : à leurs yeux (et donc "des français") hors Sarkolland, le reste des candidatures ne serait là que pour distraire le peuple avec diverses folies (Mélenchon incarnerait le retour de la "Terreur", Cheminade serait un uluberlu rêvant d'aller sur Mars, etc.).

Si j'étais un extraterrestre, je serai fasciné par le vide sidéral de la pensée qui anime "visiblement" ce pays, et la flotille de préjugés, mensonges et ignorances diverses qui en font office. 

Mais comme je suis citoyen je me demande quoi faire.

Tout bien réfléchi, je choisis le Front de gauche, c'est décidé.

Pourquoi ? Pour quatre raison.

1) Parce que d'évidence s'y joue une refondation de la capacité de penser et mieux encore de penser "avec", de penser à plusieurs.

2) Parce que le poids de la parole y est de retour.

3) Parce que ce "avec" et ce "ensemble" est soutenu par un projet de remise en route institutionnelle et pratique de la démocratie (pour ce qui est du nucléaire : débat et référendum, par exemple et entre autres, et non choix univoque de parti).

4) Parce que pour qui sait observer, sa campagne est menée avec une intelligence stratégique aux prises avec les faits : compréhension du fonctionnement des médias, campagne à ciel ouvert rassemblant la "rue" et non en comité fermé (ce qui, au passage réduit aussi les coûts), sortie de la dualité "nationalisme"/"soumission aux véritables dirigeants que sont la finance et les traités" via des propositions dont personne ne semble comprendre la subversivité, projets à long terme, etc. 

Bref me voilà devant un "avancer offensivement et masqué" d'autant plus jubilatoire qu'il me rend ma place de citoyen (je veux dire d'adulte, à contre pied des parlants à ma place), de l'air et de la perspective. Ouf !

Après les coups d'Etat subreptices (silence radio total des "commentateurs") qui ont eu lieu Grèce et en Italie, il est temps de se redresser et de se pencher sur le fond au lieu de se laisser balader par les "petites phrases" et les "petits paniers". Quelques exemples : 

 + Rappel des processus géo-politico-économiques qui ont forgé le monde d'aujourd'hui et choix à faire : Vidéo 1H30 (conférence JLM 30/03/12).

+ Reflexion sur l'écologie politique comme fondement d'un nouvel angle polique, d'un retour de la planification -mais démocratique -(temps long), de la politique de la demande et de l'impératif commun de la"règle verte"...

Jacques Généreux : pour comprendre comment le politique a créé la "financiarisation", la "dette", la spéculation et comment en sortir.


En espérant qu'on n'aura pas des élections truquées...






Repost 0
Published by Amad0 - dans AmadO's blues
commenter cet article
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 13:52

les-de-boires-d-Amada.gif

Lorsqu'en 2010 j'étais dans mon mini meublé à 500 euros par mois, ma facture d'électricité n'avait cessé de grimper. Après appel à EDF il s'était avéré que si je voulais mettre un terme fondé à cette augmentation, il fallait que je débourse 200 euros pour faire venir quelque chose comme un "expert" en compteur, vu que ma facture était basée sur une "estimation"...

J'en avais parlé à des amis qui avaient le même problème. Quelques mois plus tard, UFC Que choisir dévoilait le pot aux roses : une escroquerie discrète et massive.

Quelques déménagements plus tard, voici mon eau chaude et ma cuisinière alimentées au gaz de ville. Pour m'y abonner j'ai du répondre à un certain nombre de questions plus ou moins indiscrètes si je me souviens bien (est-ce que je vis seule ? Etc.)

L'hiver arriva et ma facture tripla... 

Elle tripla sans que pour autant j'aie pondu 3 gosses, multiplié les amants coquets, hébergé des sans abri ou fait sécession au chauffage collectif. Apparemment, pas de fuite de gaz non plus, sinon l'immeuble aurait explosé il me semble... Bref je me tape une seconde "estimation"...

Pour l'heure je n'ai pas eu le courage d'entamer la course habituelle aux RAR défensifs qu'exige ce pays sur tous les fronts...

 

Ps : que "On" continue à s'étonner que mes concitoyens soient déprimés est plus que compréhensible parce que franchement une petite facture de gaz par-ci, un juge défectueux par là, qu'est ce qu'on s'en fout quand on voit le poids des mots de travers par ci et des mots de travers par là...




Repost 0
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 12:00

  AmadO-sblues.png

"Bailleuropéanacte" ? Qu'est ce que c'est que ce mot ? Vous comprenez-vous  ? Moi non...

Pourtant c'est d'évidence un des arguments du président de la République française en campagne pour lui-même....

Si son objectif caché était de me faire comprendre à quel point je peux être dépassé par l'évolution du monde, c'est réussi. Je ne pige pas.

Si c'est pour me faire comprendre qu'il est temps que j'abandonne toute once de culture française, là il me fait honte.

Ah, c'est une expression anglo-saxonne ? Elle est intraduisible ? Non ? Alors pourquoi ne pas la formuler dans la langue du pays qu'il dirige ?

Si c'est pour me faire avaler un autre "pas d'autre choix possible" que de nous soumettre à une nouvelle domination étrangère de son choix, là il viole la Constitution ! Le rôle du président est de défendre l'intégrité et la souveraineté de sa nation (article 5)! 

Ah, c'est parce que c'est une reprise d'une décision politique des américains en 1933, l'année où Hitler a pris le pouvoir... et que pour ne pas les vexer, eux, il fallait nous la dire dans leur langue ?

Ah...

Sauf que, j'en suis sûr, il y a plein de gens comme moi qui n'arrivent plus à suivre. L'autre jour, déjà on m'a parlé d'un quoi déjà ? Ah oui un "denim"... Comme je ne sais pas ce que c'est, j'ai parlé d'autre chose. Idem d'ailleurs il y a trois jours, où il était question (réunion pro) de réussir à formuler ma demande sous forme de pitche. J'ai fais répéter histoire d'en être bien sûr, mais non ce n'étais pas "spitche", un mot anglais qu'à force j'ai fini par intégrer (ça veut dire "acte de parole" je crois). Bon, je suis allé pisser. En le faisant j'ai repensé à "drive". Dans le dico franco-anglais, ça veut dire "conduire". Mais Amada m'a expliqué que non, que ça voulait dire autre chose, grosso modo d'après son expérience "faire ses courses en voiture".

Je regrette mais le dico dit bien "conduire". On s'était engueulés.

Je sais, je sais, c'est "hazbin", je suis "hazbin" pour des gens comme le président.

Repost 0
Published by Amada - dans AmadO's blues
commenter cet article
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 10:49

 

Il y a quelque temps, je me suis emballé pour le discours du candidat à la présidentielle française Jacques Cheminade.

Depuis j'ai trouvé encore mieux : François Asselineau et l'UPR

Evidemment, 5 heures de vidéo (Voir :  ici) pour faire le tour de son programme c'est un peu long, surtout à l'heure de la réduction générale de la pensée aux "petites phrases". D'un autre côté, vu les enjeux c'est rien du tout. Il faut savoir ce qu'on veut ! (0n peut aussi en lire un résumé (texte : ici), mais ce n'est pas pareil).

A la fin des 5 heures je me suis mis à RES-PI-RER. Comme quoi l'état général de la société dans laquelle on vit nous influence beaucoup plus profondément qu'on ne le croit...

Entre autres son rappel initial du distingo entre fonction du Président (article 5 de la constitution) et rôle du gouvernement m'a mis du baume à la clarté. Enfin, on pouvait mettre un terme aux attitudes de "ménagères hystériques" des présidentiables médiatiquement estampillés "aptes pour le service", plus soucieux de la bonne tenue des boucheries locales que d'un projet national.

Enfin une approche vraiment pensée de l'organisation du pouvoir (de la cour constitutionnelle, aux traités internationaux en passant par l'usage des référendums, la mise au pas des conflits d'intérêts, la prise en compte institutionnelle du pouvoir délirant des médias dominants, etc). Enfin un programme pouvant mettre tout le monde d'accord (d'ailleurs il est inspiré de celui du Conseil national de la Résistance dont il reprend les 20 points et les réactualisant si nécessaire).

Bref à la fin des 5 heures j'étais de nouveau Français et content de l'être.

Et très soulagé aussi : j'allais pouvoir voter pour de bon (et non pas "utile" ou je ne sais quel autre pseudo choix, mon refus des ménagères étant prohibé par la non prise en compte d'un vote blanc).

Sauf que voilà. Ce monsieur a subi une TOTALE OMERTA MEDIATIQUE ! (Exemple: le magazine Le Point l'omet de sa liste les candidats. Ciao bye bye.) 

Et quand je dis totale, c'est totale : même le CSA s'en est ému  ! EN VAIN !

Aujourd'hui prétendre être un pays démocrate tout en faisant mine de ne pas mesurer le pouvoir dominant des médias de masse sur cette démocratie est une attitude des plus suspectes. Avant de parler d'élections démocratiques on devrait mettre sur la table :

- Le droit d'un pays "démocratique" à formater ou laisser formater les esprits par de l'info de masse délibérement partisane (omettre en choeur un candidat c'est partisan. De quoi ? Voilà une question intéressante, voir plus bas) et réduite à la "petite phrase".

- Le droit d'un pays démocratique à laisser les présentateurs d'infos télévisuelles truffer leurs infos de leurs petites opinions convenues sans contrepartie.

- Le droit d'un pays démocratique à remplacer toute réflexion publique par du sondage à tour de bras.

- La question de l'assassinat médiatique (notamment télévisuel) de faits institutionnels (entres autres des candidats, mais aussi des lois décrétées en douce, comme quintupler le taux autorisé de pesticides dans l'eau, etc).

- Le droit d'un pays démocratique à laisser tous ses médias dominants (la téle) réduire l'information à la satisfaction du soi-disant "plus grand nombre", autrement nommé "nivellement pas le bas". Ce que j'appelle l'info délibérément partisane, avec ses journaux télévisuels consacrés à la pluie et au beau temps au nom d'un "c'est ce qui intéresse les français" et rien d'autre.

- Enfin, François Asselineau TOTALEMENT OMERTE malgré l'alerte du CSA : est-ce un motif valable d'annulation des élections 2012 ? 

Si quelqu'un pouvait me répondre....

Repost 0
Published by Amad0 - dans AmadO's blues
commenter cet article
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 23:34

les-de-boires-d-Amada.gif

 

Il m'est arrivé un truc... terrifiant. Si, si, pour moi c'est terrifiant : entre  un "hygiénisme" angoissant, et une "anomisation" galopante de tous nos rapports sociaux.

Je m'explique. Sortant d'un rendez-vous, j'ai une petite faim, j'entre dans une boulangerie, a priori une simple boulangerie. Je me choisis une petite douceur, on m'en annonce le prix, je tend un billet.

"Non, ici" m'ordonne la vendeuse en me désignant une fente dans une espèce de bulle en plastique. J'ai bien mis trois secondes à comprendre. Mais c'est bien ce qu'elle voulait : que j'enfile mon billet dans la fente de la bulle. Ca a été plus fort que moi, j'ai dit "non".

"Si, si, qu'elle me répond. On ne peut pas faire autrement, c'est comme ça."

Donc soit je renonçais à la douceur en question, soit je cédais à la machine et lui laissait abolir le geste humain, simple et millénnaire de l'échange de monnaie. J'ai cédé.

J'ai glissé mon billet dans la fente, cela à fait un petit bruit, suivi de cliquetis, puis d'un bruit inqualifiable de pièces roulant dans un creux en plastique transparent. Pas même le bruit désormais familier des distributeurs de café ou de coca qu'on trouve sur les péages d'autoroute. Non. Un bruit terriblement vulgaire.

M'en offuscant plus tard devant des copains, ils ont haussé les épaules d'un air entendu. "Ben oui, c'est pour mieux contrôler ce qui passe dans les caisses..."

Ah d'accord... A force de considérer les gens qui travaillent comme de simples coûts non compétitifs... on passe à autre chose de plus... Quoi ? Soupçonneux ?

Dans ces conditions, c'est sûr, la machine qui dispense de toute considération humaine est plus confortable. On ne peut rien lui repprocher.

Mais moi, si. Ces machines j'en veux pas.

Donc boycott définitif de la dite boulangerie.

Je sais c'est une goutte d'eau dans un océan de machinalité. Mais de nombreux autres auront peut-être envie de faire comme moi ?

Merci d'avance.

Je milite pour que les êtres humaines continuent à se rendre la monnaie !

Je milite pour que l'argent continue de circuler de la main à la main.

Je milite pour que les machines ne s'approprient pas aussi nos échanges.

 

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog d'Amada
  • Le blog d'Amada
  • : Un regard ethnologique et artistique sur les dysfonctionnements quotidiens en France, comme par exemple l'emprise dérégulant des hots-lines, les incessantes trangressions des règles, les solutions bloquées par la rigidité idiote des catégories administratives. Bref les raisons de la lassitude et de la passivité politique des Français.
  • Contact

Profil

  • Amada
  • Ethnologue, journaliste, écrivain.
  • Ethnologue, journaliste, écrivain.

Bienvenue sur mon blog

La "dérégulation", une histoire lointaine ?
 Non. C'est au quotidien qu'elle s'impose !

De nouvelles pratiques sociales — notamment les hot-lines et les centres d'appels, ou l'usage administratif et commercial d'Internet, pour ne parler que d'elles — sont subrepticement devenues sources d'une multitude d'abus de pouvoir relativement invisibles, d'illégalités sourdes, d'arnaques silencieuses.

Ces "minuscules" dysfonctionnements génèrent un "aquabonisme" de plus en plus massif, une lassitude généralisée... Et, en ce domaine, la réalité dépasse souvent la fiction. 
Histoire de faire sauter les langues idiotes qui, bien souvent, soutiennent en choeur les imbécillités, les incohérences et le cynisme ambiant de cette "dérégulation" :

 - Les déboires d'Amada" racontent des faits significatifs. 
 - Le laboratoire d'Amada  présente des esquisses théoriques tirées pour la plupart des premiers (textes déposés). 
- AmadO's blues : un de mes amis s'agace avec moi de la confusion mentale généralisée. Je lui ai ouvert mon blog.
- Les articles Michaël Jackson sont des tentatives pour éclairer certains pans de nos sociétés  médiatiquement orchestrées (textes déposés.).
- Plus quelques notules, quelques textes fondateurs et des liens...

Bonne lecture !

A signaler

Argent, dette, intérêts : ouvrir les yeux !  
A.J.Holbeq: 150 millions par jour pour les seuls intérêts de la dette en France . Faits et chiffres à propos de ce racket
 

Une façon critique jubilatoire de lire le monde : Celle de P. Reymond.

Et vu du ciel astrologique, ça donne quoi ?

Archives

Brèves

Avril 2011 :Destruction herboristerie, phytothérapie, semences traditionnelles par l'UE.
Halte au massacre > Explications et Pétition 
http://www.defensemedecinenaturelle.eu/