Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 10:20

Les grèves se multiplient en Grèce. Et les "cerveaux" se barrent.

Les portugais manifestent contre le plan de rigueur.

L'Espagne s'oriente vers une grève générale (pour le 08 juin)

Grève générale envisagée en Italie

Mais, en fait, cause toujours. En Angleterre, les grèves on s'en fout.

Résultat, en Europe les mouvements populaires flirtent avec la résignation.

Ce que nous pourrions traduire, en changeant de point de vue, par : "on vous aura à l'usure".

 

Il faut dire que c'est dangereux de grosses grèves, et si ça débordait ?

Alors côté syndicats, on freine, hein...

Bref qui est avec qui ? Qui fait quoi pour qui ? Mystère et boule de gomme,

ainsi va l'Hydre sous la coupe de laquelle nous nous trouvons.

 

Reste quoi ? Une nouvelle Internationale ?

Un coalition populaire en Europe ?

A l'heure de la mondialisation, faudrait peut-être élargir le débat et ouvrir les yeux :

l'Hydre est mondiale. Et si le politique est apparemment désormais à sa botte vu qu'il n'a pour objectif que de "rassurer les marchés", nous aussi, bien souvent sans même le savoir (nos bas de laine n'alimentent-ils pas la spéculation à notre insu ?).

Alors ?

Alors "wait and see".

 

 

 

Repost 0
Published by AmadO - dans AmadO's blues
commenter cet article
22 mai 2010 6 22 /05 /mai /2010 22:22

AmadO-sblues.png

 

Angola, France même problème. Mais pas mêmes remèdes ! Un million de logements manquent en Angola, les gens s'entassent, sont mal logés etc. Ok, le gouvernement Angolais décide de construire ce million de logements d'ici 2012.

900.000 logements manquent en France. C'est "strucurel", "chronique", etc. La fatalité, en somme. Que fait le gouvernement, il "défiscalise" (sur le dos du contribuable donc) pour aider les ménages à s'acheter un bien sur le dos de leur locataire, histoire de co-financer la construction privée de logements. Et laisse les banques reprendre leurs bonnes habitudes : prêts long à aux "historiquement bas" pour "resolvabiliser" les ménages, c'est-à-dire leur permettre de s'endetter à nouveau et pour longtemps. Au lieu de laisser l'immobilier baisser, ou de construire. La raison : l'Etat est endetté à plus soif. Alors que les particuliers suivent. On n'est pas sortis de l'auberge...

Ca me fait penser à l'Islande. Vous savez que le pays est en faillite ? Entre autres à cause de l'endettement des ménages pour cause immobilière nottamment, et des "prêts" consentis par les banques à ces mêmes ménages (pour s'endetter faut un prêteur). Mais vous en entendez parler de cette failite dans nos médias ? Pas trop, hein ? De la Grèce par contre oui, histoire de faire passer la pillule d'un endettement massif supplémentaire des Etats nécessitant des mesures d'austérité, heu pardon, non, de simple "gel" des dépenses publiques...  Ok, donc, "on" ne parle pas de l'Islande et de la situation dramatique des Islandais. Mais eux, ils ont un moyen de se faire entendre : exploser un de leurs volcans. 

Ce qui n'est dangereusement pas le cas des autres...

Sauf, sauf... L' Amérique ! Vous savez, le pays d'où est partie la "grande crise" dans laquelle nous baignons (et pour les mêmes raisons que ci-dessus, un surendettement massif pour cause de bulle immo, mais si, mais si), le plus puissant pays du monde ! Et bien ses habitants, ils rament de chez rame... Mais motus, évidemment, "tout va bien, tout va bien"... 

Et bien, non, ce n'est pas vrai, et ils le font savoir aussi. Bien qu'elle semble d'origine humaine, la catastrophe pétrolière qui se déroule là bas, jaillit elle aussi d'un volcan, sous-marin celui-là.... Vu de haut, ça ressemble à un nuage de cendres, non ? 

C'est curieux, ça me fait penser à ce que dit Christ alors qu'il entrait triomphalement à Jérusalem : que si "on" faisait taire la foule (en liesse), même les pierres crieraient...

Alors que l'on ne vienne pas me dire que l'imagination et la poésie ne sont pas sources de connaissance  ! Ou qu'elles ne peuvent dire le vrai !


Repost 0
Published by Amad0 - dans AmadO's blues
commenter cet article
17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 10:23

AmadO-sblues.png

Yoyo sur les "marchés". Après le "rendre la confiance aux ménages" (pour qu'ils dépensent et s'endettent), le "rendre la confiance aux marchés" (pour qu'ils prêtent à bas prix) a foiré une première fois. "On" (ni vous, ni moi...) a augmenté la dose des emprunts d'Etat, les marchés ont rebondit... et rechutent. Tandis que les peuplent, quoi ? S'écrasent ? Se révoltent ? Non. A part les Grecs, pour l'instant ils... encaissent (je sais, mauvais jeu de mots).

La sauce psycho-sociétale serait-elle en train de flancher ?

Je trouve ceci sur le site mondialisation.ca :

La Grèce prend valeur de test pour des mesures qui sont projetées partout en Europe. Un analyste financier sis à New York a déclaré à la BBC que la réaction des marchés financiers américains « est que le peuple [grec] refusera tout simplement le plan d’austérité. Si les Grecs sont tellement contrariés, alors nous devrions peut-être nous inquiéter des Portugais et des Espagnols et des Italiens qui sont contrariés par les réductions qu’ils vont avoir à faire. »

Conclusion : si la "confiance" (des marchés... et des citoyens) flanche, la pyramide d'endettement sur laquelle est fondée la "reprise" risque de suivre... 

Il faut dire qu'à force de brandir le mot "confiance", en lieu et place de  son effectivité qui ne peut-être qu'essentiellement relationnelle, on la détruit. D'où l'anomie ambiante... Parce quand "on" te dit, à toi, travailleur ou retraité, ou chômeur,  ou malade, "tu coutes trop cher", tandis que les banques se font un milliard de bénef par trimestre (et des banques il y en a...)... Ou quand "on" te dit, on va contrôler ton budget, parce que ta souveraineté elle craint pour les "marchés".

Reste quoi ? Migrer peut-être... A moins que le courage politique du "bas" ne reprenne le dessus...  Bref l'aterrissage hors la langue si positive de la Marquise ne paraît pas jojo. D'autant, que parfois "on" pète les plombs, c'est plus direct comme réponse, et médiatiquement bien plus efficace qu'un discours sensé (c'est vrai, qui répercute ou écoute les propos de J. Stiglitz - prix Nobel d'économie tout de même ! ? Pas grand monde. Aujourd'hui "on" préfère les "experts". En quoi ? That is the question...)

Repost 0
Published by Amad0 - dans AmadO's blues
commenter cet article
9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 23:38

AmadO-sblues.png

 

Tout le monde ment, et alors ? se désolait Amada. D'autres qu'elle s'en inquiètent à une autre échelle : pendant qu'"ON" nous amuse avec minarets et burqa, la corruption bat son plein par derrière. Remarquez Amada s'en était très sérieusement alarmée aussi avec son Hydre, nouvelle figure de la domination.

Bon, bref, donc tout le monde ment, et alors ?

Et alors, rien, rien,

Tout va bien, très bien.

On est positif,  toujours positif,

C'est la reprise de chez reprise.

Et voui, madame la Marquise.

La preuve : la bourse remonte !(Mais en douce les gros revendent depuis janvier !)

La preuve : les encours de crédit remontent ! (La pauvreté les booste : taux bas pour pousser les particuliers à s'endetter malgré la crise, taux hauts pour les Etats mal notés etc....)

(Traduction en marquisais : ça bande, ça bande, ça bande !)

Et bla -bla et bla-bla.

En croisant les infos des disciplines complètement disparates ci-dessous :

- analyse financière + - vue du ciel astro + - analyse prospective

cela donne :

2010 : le Krak ou la crise systémique.

(en marquisais : débandade générale et durable. Et pla-pla et pla-pla)

Ou : 2010 : il faut réinventer le monde !

Repost 0
Published by Amad0 - dans AmadO's blues
commenter cet article
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 13:15

AmadO-sblues.png

Il faut écouter très attentivement la langue dominante : elle est prophétique.

Il y a des années, je m'étais inquiété de l'apparition massive de l'expression "donner des emplois".

"Donner" des emplois ? Alors qu'il s'agit d'un contrat ou l'un "donne" son temps et ses compétences, et l'autre de l'argent en échange. Donner des emplois, comme si l'un donnait et l'autre recevait, alors qu'un contrat de travail c'est donnant-donnant ? Que venait faire cette terminologie de la charité dans un contrat commercial ?

C'était quoi l'idée ?                                                                                 Que les chômeurs étaient de "pauvres gens",  auxquels des "riches gens" devaient faire l'aumône d'un travail ?

Pour les travailleurs, employés, salariés, c'était de très mauvais augure...

D'accord cela a pris 10-15 ans mais on y est. Les chômeurs sont maintenant invités à travailler pour rien.

Vous n'y croyez pas ? Et bien c'est déjà le cas en Allemagne : des profs de fac à 1 ou 2 euros de l'heure (plus ou moins la rente versée à ces machines nommées horodateur). Et, maintenant, en France, les périodes d'essai précédant une validation définitive de contrat, ne sont plus rémunérées. 

Objectif officiel : vérifier que le travailleur correspond bien au poste. 

Des agences de service, chargées de cette tâche de vérification, elles, touchent 2 euros de l'heure par travailleur. Elles, elles gagnent de l'argent, preuve qu'elles travaillent, elles, n'est-ce pas ? C'est bien là l'équation véhiculée par la nouvelle formule en vogue "travailler plus pour gagner plus", non ?                                                                               Si tu gagne plus c'est que tu travailles plus. Si tu gagnes moins c'est que tu travailles moins. Donc l'agence de placement travaille, et le travailleur à l'essai, non. Puisqu'il ne gagne rien, lui. (Pas étonnant, au départ c'est un "assisté", pardon un chômeur).

Et voilà.

A force d'en faire des "bénéficiaires" de cette "charité" sociale qui consiste à "donner" des emplois ou à concevoir l'assurance chômage comme "don" d'un Etat Providence et non d'une redistribution des taxes sur le travail pour couvrir la période chômée, on a fini (il suffit de lire les forums) par  considérer les chômeurs comme des bons à rien, des assistés, ou carrément des parasites, vivant aux crochets de nos impôts. Que ces mêmes impôts servent à payer 2 millions d'euros/an des supers travailleurs comme Proglio ne choque par contre personne. Lui, vu son salaire, c'est évident, il travaille beaucoup. Donc il gagne plus que les faignasses qu'au fond nous sommes pratiquement tous... 

C'était pour rigoler. Je voulais dire : que nous sommes pratiquement tous DEVENUS puisqu'en France les salaires ont baissé de plus de 9% (tandis que la rentabilité boursière montait d'autant)...


Repost 0
Published by Amado - dans AmadO's blues
commenter cet article
1 mai 2010 6 01 /05 /mai /2010 20:45

les-de-boires-d-Amada.gif

Je fais partie de ces gens qui "parlent" : en faisant la queue, en attendant la monnaie. Je ne bavarde pas, je parle. Je dis où j'en suis par exemple, histoire de donner sa chance à une possible vraie rencontre, à un échange authentique, pourquoi pas fraternel. (Histoire aussi parfois de pratiquer l'info sauvage : soulever un point aussi critique qu'ignoré que l'article de 104 Masstricht).

C'est comme ça que, l'autre jour, j'apprends que dans une boutique où je vais régulièrement, l'employée que j'aime bien (la cinquantaine) habite dans un studio (17m2) qu'elle loue 500,00 euros /mois. Comme c'est itou pour moi (19M2) je fais remarquer que c'est monstrueux comme prix."Ah oui, mais il est très lumineux et..." commence-t-elle à me répondre à mon très grand désespoir. 

Car comment trouver "bien" de ne pas pouvoir se loger correctement quant on travaille à temps plein ? Ou même de ne pas pouvoir se loger du tout vu que les smicards n'ont légalement pas accès à ces 17m2... ? Les smicards, que dis-je ? La moitié des français (salaire médian à moins de 1500 euros), oui ! (D'où les "colocs", les caravanes, les voitures, et la pléthore de "faux" (fiches de paie, déclarations d'impôts etc.) qui circulent en France à cause de l'immo, question de survie... Mais passons)

Comment trouver "bien" de ne pouvoir vivre que dans 15-20 M2 en y laissant 50% de ses revenus, si ce n'est plus ? Je suis terrifiée de voir que personne ne semble se rendre compte du phénomène. Terrifiée, vraiment.  Comment en est-on arrivé là ?    Je sais, on va me sortir le coup de la grenouille qu'"on" fait cuire dans sa casserole. Au début l'eau est tiède, puis un peu chaude, mais bon. Puis chaude quand même, puis vraiment très chaude, s'inquiète mollement la grenouille amollie. Et quand c'est brûlant, c'est cuit. Je veux dire : la grenouille est cuite. Elle est morte.

 

Mais on n'est pas des grenouilles ! Si ? Non. Non. Quand même pas. Alors comment est-"on" parvenu à nous faire avaler ces couleuvres qui nous pourrissent littéralement la vie ? Avec quoi ?

Des stats ? Peut-être bien oui, vu que ce sont les plus gros leurres qui soient, vu que du réel, elle ne disent RIEN, contrairement à ce qu'"on" prétend. Démonstration : dans une rivière, j'ai 3 millions de petits cailloux de 10 grammes et un énorme rocher de 3 tonnes. La stat affirme que pour cette rivière le "cailloux moyen" pèse tant. Mais il n'existe pas ce cailloux moyen ! Il n'existe pas! La réalité c'est 3 millions de petits cailloux et un gros rocher. Point. Le reste est purement imaginaire l

Je suis terrifiée de voir que personne ne semble se rendre compte de ces phénomènes. Terrifiée, vraiment.

 

Mais, ouf ! Ouf, ouf ouf ! Enfin, un article de la presse officielle dit enfin tout haut la misère qui s'installe en France, entre autres à cause du prix des logements à l'achat et à la location. 

Après le silence et la honte des victimes de ces politiques désastreuses dénoncées par la plupart des sites de reflexion immobilière, va-t-on pouvoir ouvrir les yeux ? Dire enfin la vérité ? Cesser "d'encaisser" comme si c'était normal de payer 500,00 un 17m2 ?

 Ouf ! Ou coup d'épée dans l'eau ?

Coup d'épée dans l'eau comme d'hab,

puisque "la crise est finie", "il n'y a pas de crise", "tout va bien", "personne ne meurt de faim, pas chez nous en tout cas", etc.

Puisque que les vrais informés, les vrais penseurs du monde, Stiglitz par exemple (prix Nobel d'éco quand même) sont persona non grata désormais...

Violence de cette époque folle... et bétifiée à pleurer...

Repost 0
25 avril 2010 7 25 /04 /avril /2010 11:09

AmadO-sblues.png

Crise financière, crise économique ? Du pur psycho-socio-somatique. Depuis 2008, notre chère ministre des finance C.L. n'a cessé d'appliquer le remède socio-placébo qui s'impose dans ce genre de situation : "la reprise est pour demain", "les fondamentaux de la France sont bons, etc".

En janvier 2010, suivant le même principe, notre président en personne a joué les voyants en ce domaine, en annonçant publiquement que les Français allaient (je cite) "voir le chômage baisser dans les prochaines semaines". Chose étonnante vu que, question de physiologie, on ne peut pas "voir le chômage baisser" (le niveau de l'eau dans une piscine, par contre, oui).

Ah, mais c'est sans compter sur les tableaux statistiques ! Là il suffit de regarder un joli dessin, de ne surtout pas se demander à partir de quoi au juste il a été produit, ni dans quel intérêt.

Et bien, en immobilier, cette vérité est devenue officielle. Je cite : "Comme tous les marchés, l'immobilier repose sur la psychologie des acteurs, explique GodefroyJordan, directeur général adjoint de Spir Com munication, (...) Si les gens pensent que les prix vont monter, alors, mécaniquement ils vont augmenter, comme pour la bourse. »

Ok, alors puisque tous ces prix ne sont que question de croyance, comment faire croire aux "acteurs" que les prix vont monter ?

C'est très simple :  avec des "indices de confiance des ménages" (cf le "rendre la confiance aux ménages" de C.L. ou le "rendre la confiance aux marchés" des européens face aux problème Grec (là, ça a foiré, les "acteurs" étant parfaitement au courant de la manip)

Suite de la citation : "De fait, connaître en temps réel la confiance de celles et ceux qui se sont rendus sur un site immobilier permet d'anticiper les niveaux de prix du marché. C'est cet indice que nous vous proposerons dans nos pages tous les deux mois, accompagné d'une analyse. Prochain rendez-vous en juin."

Ce qui nous désole Amada et moi c'est de constater que ça marche. Même après cette petite démo, "l'indice" a de fortes chances de l'emporter sur la lucidité. Notre époque a perdu l'esprit. Pour les intelligents c'est à pleurer...

Repost 0
Published by Amad0 - dans AmadO's blues
commenter cet article
25 avril 2010 7 25 /04 /avril /2010 00:00

 

AmadO-sblues.png

Il suffit d'y être attentif, la parole dit tout : le visible et l'invisible, le délibérément exposé et ses intentions cachées, l'affirmé et ses dessous. 

Un petit exemple. L'idée selon laquelle, il y aurait, en France, une rupture entre le "haut" et le "bas", est-elle fondée ? 

Les sénateurs viennent de répondre : OUI, il y a rupture. Nous les sénateurs ne sommes pas vraiment des Français. MAIS nous allons le devenir.

C'est très clairement ce qu'a dit le président du Sénat en personne mardi 20 avril 2010. Je le cite : "Nous nous appliquerons les mêmes choses qu'aux Français."

 

A bon entendeur, salut !

Repost 0
Published by AmadO - dans AmadO's blues
commenter cet article
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 11:19

 

les-de-boires-d-Amada.gif

Ma voisine déboule, en rage. La moitié de sa paye (temps plein, précisons) passe en loyer. Avec le peu qui lui reste pas question d'ouvrir une ligne de téléphone fixe. Elle s'est donc contentée d'un mobile à carte. Mais bon, c'est trop cher, finalement. Elle va donc pour s'enquérir d'un abonnement.

Impossible ! Elle est fichée par P..., une boîte qui fait passer à tous les opérateurs de téléphonie les infos pour impayés (preuve que ces opérateurs ne se donnent pas le mot pour les tarifs, ils sont en concurrence....).

Comment faire pour débloquer la situation et obtenir un forfait ?

Et bien écrire à P... pour qu'ils trouvent l'opérateur qui a signalé l'impayé. Puis écrire au dit opérateur et régler la facture. Puis attendre que le dit opérateur écrive à P... pour débloquer le droit de souscrire à un forfait.

C'est ça la téléphonie moderne ? Fou rire nerveux (vous aussi, non ?) ...

Après quelques jours de grosse cogitation, elle suppose que le seul impayé possible viendrait de XX. Elle prend son courage à deux mains pour essayer d'en apprendre plus en s'évitant courriers RAR et compagnie, parvient à joindre XX : pas d'impayé chez eux...

Donc d'où vient cet impayé ? Mystère. Pour le savoir, écrivez en RAR 3 fois et dans trois ou quatre mois vous en saurez plus... Et peut-être daignera-t-on vous autoriser à souscrire à un forfait...

La norme commerciale aujourd'hui ? C'est la oumission servile du client à son prestataire...

A mon avis le premier qui casse le système fait un tabac (à moins qu'il na finisse assassiné par ses pairs. Vu la violence de leurs pratiques, on peut le supposer)....



Repost 0
6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 01:05

les-de-boires-d-Amada.gif


Une recette économico-politique parmi d'autres.

Un : rebaptiser "vidéo-survéillance","video protection".
Deux : demander à des "autorités" d'expliquer de façon répétitive que c'est pour la sécurité des citoyens.
Trois : fortifier l'argument avec des chiffres de "baisse de la délinquance" en évitant soigneusement leurs conditions de production.
Quatre : refortifier en prétendant que les caméras permettront de redéployer  plus efficacement le personnel de la sécurité.
Cinq : masquer les coûts. Masquer la réduction du personnel.

Objectif financier de la manœuvre :
augmenter les P.V. de stationnement (tout en réduisant les coûts de personnel s'entend, vu que c'est toujours le coût du personnel qui plombe les budgets).

 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog d'Amada
  • Le blog d'Amada
  • : Un regard ethnologique et artistique sur les dysfonctionnements quotidiens en France, comme par exemple l'emprise dérégulant des hots-lines, les incessantes trangressions des règles, les solutions bloquées par la rigidité idiote des catégories administratives. Bref les raisons de la lassitude et de la passivité politique des Français.
  • Contact

Profil

  • Amada
  • Ethnologue, journaliste, écrivain.
  • Ethnologue, journaliste, écrivain.

Bienvenue sur mon blog

La "dérégulation", une histoire lointaine ?
 Non. C'est au quotidien qu'elle s'impose !

De nouvelles pratiques sociales — notamment les hot-lines et les centres d'appels, ou l'usage administratif et commercial d'Internet, pour ne parler que d'elles — sont subrepticement devenues sources d'une multitude d'abus de pouvoir relativement invisibles, d'illégalités sourdes, d'arnaques silencieuses.

Ces "minuscules" dysfonctionnements génèrent un "aquabonisme" de plus en plus massif, une lassitude généralisée... Et, en ce domaine, la réalité dépasse souvent la fiction. 
Histoire de faire sauter les langues idiotes qui, bien souvent, soutiennent en choeur les imbécillités, les incohérences et le cynisme ambiant de cette "dérégulation" :

 - Les déboires d'Amada" racontent des faits significatifs. 
 - Le laboratoire d'Amada  présente des esquisses théoriques tirées pour la plupart des premiers (textes déposés). 
- AmadO's blues : un de mes amis s'agace avec moi de la confusion mentale généralisée. Je lui ai ouvert mon blog.
- Les articles Michaël Jackson sont des tentatives pour éclairer certains pans de nos sociétés  médiatiquement orchestrées (textes déposés.).
- Plus quelques notules, quelques textes fondateurs et des liens...

Bonne lecture !

A signaler

Argent, dette, intérêts : ouvrir les yeux !  
A.J.Holbeq: 150 millions par jour pour les seuls intérêts de la dette en France . Faits et chiffres à propos de ce racket
 

Une façon critique jubilatoire de lire le monde : Celle de P. Reymond.

Et vu du ciel astrologique, ça donne quoi ?

Archives

Brèves

Avril 2011 :Destruction herboristerie, phytothérapie, semences traditionnelles par l'UE.
Halte au massacre > Explications et Pétition 
http://www.defensemedecinenaturelle.eu/