Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 19:00

On sait dans ce pays qu'il faut tout vérifier.
Donc, je téléphone à mon ancien numéro. L'abonné(e) n'y est plus, c'est donc résilié (ouf, pas du tout envie de me retaper la plaisanterie de la dernière fois), mais le message pour réorienter l'appelant n'est pas en place (et oui, je sais j'en rajoute aux "voix", mais déménageant tous les 6 mois comment faire autrement ?)… Et mmm... ! C'est reparti. Soupir.

Je fais le numéro "privilège" pour multiabonnés afin de leur éviter d'interminables tapez-ci, tapez-ça et des heures de tiluyttililitiluyt ! Enfin en théorie, parce qu'à propos du disque pour réorienter l'appelant, "c'est le service technique qui s'en occupe".
Donc raccroche et fais le xxyy.
"Exprimez la raison de votre appel, par exemple ma ligne est en panne." m'enjoint la "voix".
Moi : le disque qui devait être mis en place sur mon ancienne ligne ne l'a pas été.
"Je n'ai pas compris votre demande. Veuillez la reformuler", s'agace discrètement la voix.
J'obéis (que faire d'autre?), je reformule.
"J'ai compris que votre demande concerne votre téléphone mobile. Est-ce la raison de votre appel ?" s'enquiert-telle
Moi : Non
" D'accord, patiente-t-elle, veuillez reformuler votre demande."

Pire que les secrétaires de Président qui ont ordre de vous barrer la route ! Heureusement, au bout d'un moment, elle s'est lassée. "Nous vous remerçions de patienter quelques instants, qu'elle me lâche enfin, un conseiller va vous répondre. Tata latata talala / Tata latata taleya  / tantan talaliya tantan !

Heureusement qu'elle a cessé de vouloir comprendre le langage humain cette machine, sinon comment régler mon problème ? C'est d'un pénible et d'un humiliant ces systèmes où il n'y a personne ! Sans parler de l'efficacité...

"Allo Bidule Machin, que puis-je faire pour vous" intervient une voix de vivant après un temps qui me paraît interminable. Pour un peu, j'en aurais éprouvé de la gratitude, faut le faire ! D'autant que la réponse me refroidit carrément : "Vous devez rappeler le service commercial. Nous n'avons pas d'accès sur les lignes résiliées."

- Mais c'est eux qui m'ont envoyée chez vous, je proteste.

- Oui, c'était le choix 3 ?

- Heu, je ne sais pas, je bafouille, quasiment honteuse de n'avoir pas noté le numéro dans la mêlée des "tapez tant".

- Ne quittez pas, je vais me renseigner.

- Ok.

…..

- Madame, merci d'avoir patienté. Voilà je me suis renseignée, c'est bien le choix 3, service résiliation.

- Oui, c'est bien ça, c'est eux qui m'ont renvoyée chez vous.

- Oui, et bien rappelez les et insistez un peu, nous on ne peut rien faire.

- Ah bon. Ok. Merci (faut quand même rester aimable avec les gens, c'est un principe).


Donc je refais numéro, guette le bon "tapez tant" appuie vite sur la touche. "Tililiyut lan lan…" Je vous passe les détails, et aussi l'enthousiaste et juvénile Marie Bidule que puis-je faire pour vous ? parce qu'on est coupés pour raisons inconnues de moi au beau milieu de mes explications.
Soupir, recompose, re-guette le bon tapez-tant, re patiente et répète les mêmes explications au nouveau conseiller. Celui là me renvoie au service technique tout en me proposant aimablement d'appeler un technicien. Ok. Merci. Le fera-t-il, ou non ? Mystère.

Bref, de raquette en raquette vocale, moi, petite balle de ping-pong saute vaillament et plusieurs fois de suite au dessus de l'impératif filet technique vocal des "composez-tapez-patientez".

A force, j'en ai tournis. Me voilà incapable de me souvenir si c'est le service technique ou commercial que je suis en train de joindre. Plus inquiétant encore, une sorte d'incontrôlable mécanisme intérieur, envoie automatiquement mon mental baguenauder dans les airs dès que des "voix" enregistrées me parlent.

Il me faut faire un très gros effort pour entendre "Cet appel est gratuit depuis une ligne fixe Gaule Pigeons Voyageurs. Le temps d'attente
  est important."
Et pof, mon mental se barre. "Important ? Ah ouais ? C'est pour me faire raccrocher cette annonce ? Mais il n'en est pas question ! J'y ai déjà passé beaucoup de temps, je vais pas lâcher, non ?" se rebiffe-t-il tandis que la voix continue à baragouiner des trucs du style " Rendez vous sur le site internet", gna, gna,gna.

"Sinon, veuillez patienter, un conseiller va répondre à votre appel" finit-elle par lâcher, ce que, curieusement, mon mental capte illico avant de se re-barrer en auto-félicitations ("J'ai bien fait de persister…faut pas les croire ces "voix" etc."), jusqu'à ce qu'une autre info le ramène brièvement au présent — "Pour vous assurer qualité de service et sécurité des services cette conversation peut-être enregistrée "  — pour mieux relancer son cogito râleur ("Ah tiens, cela faisait longtemps qu'on ne l'entendait plus celle-là ? Fruit de plaintes répétées ? Sans doute, non ?"), avant d'à nouveau le ramener au ici et maintenant avec un " Le temps d'attente est estimé à 2 minutes" qui le fait jubiler.

Un vrai yoyo. 
Bon. La suite : 

- Ah oui, c'est bien nous, je ne sais pas pourquoi on vous a renvoyée sur le service technique. Vous patientez un petit instant ?

- Oui, je vous en prie, me répands-je, trop contente de subodorer une réponse enfin concrète.
Et , pof — "Merci de patienter, nous traitons votre demande" , m'envoie bouler la "voix" dans les airs. Et lorsque — ouf, nous n'avons pas été coupés — le conseiller revient c'est pour m'annoncer qu'il n'est pas possible de mettre un numéro de portable sur un disque vocal, contrairement au contrat verbal passé quelques jours auparavant avec le même service. Tout va bien, tout va bien !

- Je tombe des nues, constaté-je bêtement à voix haute.

- Oui, mais je ne peux pas le faire.

- Bon, qu'est-ce qu'on fait ? rétorqué-je tout aussi bêtement.

- Soit vous me donnez un tel fixe, soit…

- Non pas de fixe. Je suis en liste rouge.

- Je ne sais pas quoi vous dire Madame.

(Ce genre de majuscule vocale dont l'objectif est de me laisser en plan en obtenant que je me la boucle a le don de prodigieusement m'agacer.)

- Bon. On laisse tomber, me décidé-je. Est qu'il est noté quelque part que j'avais demandé un disque avec portable ?

-Je vais regarder ça.

- Non parce que je ne voudrais pas payer pour un service auquel je n'ai pas accès.

- Tout à fait. Ne vous en faîtes pas. Je le trace.

- J'insiste pour le transfert internet car je suis en télétravail.

- Je comprends, je m'en occupe. Je vais joindre un technicien pour qu'il vous appelle. Autre chose madame ?

- Oui, je n'ai plus service répondeur alors que nous avons gardé le même contrat.

- Oui, je m'en occupe. Autre chose ?

- Non. Merci.

Ouf ! 2 heures…. Et c'est réglé. Les gains de temps produits par les hautes technologies dont c'est l'objectif affiché sont considérables ! C'est comme quand on met une heure pour faire Paris-New-York en avion et qu'on poireaute deux heures avant le départ et trois heures après pour récupérer ses bagages…

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'Amada
  • Le blog d'Amada
  • : Un regard ethnologique et artistique sur les dysfonctionnements quotidiens en France, comme par exemple l'emprise dérégulant des hots-lines, les incessantes trangressions des règles, les solutions bloquées par la rigidité idiote des catégories administratives. Bref les raisons de la lassitude et de la passivité politique des Français.
  • Contact

Profil

  • Amada
  • Ethnologue, journaliste, écrivain.
  • Ethnologue, journaliste, écrivain.

Bienvenue sur mon blog

La "dérégulation", une histoire lointaine ?
 Non. C'est au quotidien qu'elle s'impose !

De nouvelles pratiques sociales — notamment les hot-lines et les centres d'appels, ou l'usage administratif et commercial d'Internet, pour ne parler que d'elles — sont subrepticement devenues sources d'une multitude d'abus de pouvoir relativement invisibles, d'illégalités sourdes, d'arnaques silencieuses.

Ces "minuscules" dysfonctionnements génèrent un "aquabonisme" de plus en plus massif, une lassitude généralisée... Et, en ce domaine, la réalité dépasse souvent la fiction. 
Histoire de faire sauter les langues idiotes qui, bien souvent, soutiennent en choeur les imbécillités, les incohérences et le cynisme ambiant de cette "dérégulation" :

 - Les déboires d'Amada" racontent des faits significatifs. 
 - Le laboratoire d'Amada  présente des esquisses théoriques tirées pour la plupart des premiers (textes déposés). 
- AmadO's blues : un de mes amis s'agace avec moi de la confusion mentale généralisée. Je lui ai ouvert mon blog.
- Les articles Michaël Jackson sont des tentatives pour éclairer certains pans de nos sociétés  médiatiquement orchestrées (textes déposés.).
- Plus quelques notules, quelques textes fondateurs et des liens...

Bonne lecture !

A signaler

Argent, dette, intérêts : ouvrir les yeux !  
A.J.Holbeq: 150 millions par jour pour les seuls intérêts de la dette en France . Faits et chiffres à propos de ce racket
 

Une façon critique jubilatoire de lire le monde : Celle de P. Reymond.

Et vu du ciel astrologique, ça donne quoi ?

Archives

Brèves

Avril 2011 :Destruction herboristerie, phytothérapie, semences traditionnelles par l'UE.
Halte au massacre > Explications et Pétition 
http://www.defensemedecinenaturelle.eu/