Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 11:59
les-de-boires-d-Amada.gif

4 personnes ont connu un épisode « rue » dans mon seul bâtiment.
Je suis estomaquée !
4 personnes sur une trentaine de locataires, cela fait 8% !
Et c’est à minima.
Pour connaître le chiffre exact, il faudrait mener l’enquête, et encore, avec beaucoup, beaucoup d’humanité.
Vous savez pourquoi ?

Parce que ces gens ont tellement HONTE, qu’ils se cachent, y inclus de leurs amis. Inutile de compter sur les "statistiques" pour en rendre compte, donc...

Inutile de leur balancer les « amabilités » du genre* (légion sur les forums ») : « ce sont des assistés », « ce sont des fainéants », « s’ils n’étaient pas assistés, ils travailleraient », « ce sont des moins que rien », « ils on un problème « psy » à la base » (discours dominant des travailleurs sociaux, observé à l’occasion d’une enquête de terrain menée il y a quelques années dans un accueil de jour). Ils les ont tellement intégrées, qu’ils se cachent !

Vu ce que je viens de découvrir sur ce « terrain  informel » qu’est ma résidence, il me paraît "raisonnable", d'arrondir un tout petit peu le chiffre à une personne sur 10. En faisant une "projection" cela donne :
En 2009, 1 personne sur 10 a connu en France un épisode « rue ».
Alors êtes vous sûr de n’en pas connaître ? Soyez attentifs, observez, écoutez. Combien en connaissez vous qui retournent chez leurs parents, qui se réfugient chez leurs enfants ou chez leur « ex », ou qui se retrouvent, à tous âges en "colocation"...? Ne nous leurrons pas, bien que plus "confortables" à observer, ces "solidarités" forcées ne peuvent décemment pas occulter ce qui est devenu un véritable problème de société. Ce que Jeudi Noir et Emmaüs ne cessent d'ailleurs de rappeler). 

Faisons sauter les "préjugés" ambiants en décrivant brièvement mes exemples in situ. 

Une retraitée me confie qu’elle a passé cet été deux semaines dans sa voiture sur le parking de la piscine municipale (il y a des douches dans les piscines). Raison ? Un divorce. Elle n’a plus les moyens de se loger, personne pour se porter caution. Après intervention de la mairie, elle obtient un studio ici, loyer plein pot. Elle s’en sort tout juste, mais s’en sort. Sauf que ses affaires attendent dans un garage et qu’elle espère trouver plus grand au même prix pour pouvoir enfin s’installer dans un chez soi digne de ce nom. En vain, bien sûr : primo, les bailleurs ne « bradent » pas leur bien, et, dans la région on peut toujours courir après un « loyer modéré », rien n’a été construit pour les « pauvres », la mairie préférant payer des amendes. Son élèctorat serait-il majoritairement composé de bailleurs soucieux de ne pas "brader" leur bien ? Probablement, vu qu'on trouve normal ici de louer des studio au prix d'un demi mois de salaire de base, et des T3 au double si ce n'est plus...

Une jeune femme (35-40 ans), a passé elle aussi plusieurs mois sans toit. Pendant un temps, elle a réussi à dormir chez les uns et les autres en prétextant être trop fatiguée pour rentrer, ce qui lui permettait aussi de prendre des douches. Ce sans jamais « avouer » sa situation à personne. Puis, « coup de chance », un de ses amis part un mois à l’étranger. Elle a ses clefs, et se pose chez lui pendant ce mois. Il n’en a jamais rien su ! Elle a trop honte d'en parler, trop peur du mépris.
Bref, cette petite ruse a été féconde. Elle lui a permis de trouver un temps plein de nuit au guichet d’une autoroute : un smic, ouf ! Insuffisant cependant pour un studio : il faut gagner (en CDI) trois fois le montant du loyer. Or, dans la région, c'est impossible, rien à moins de 450,00 euros. Et, personne pour se porter caution (sa famille s'en fout, limite "à ton âge..."). Elle a donc attéri dans cette « résidence étudiante » qui, coup de chance encore, s’était temporairement transformée en résidence hôtelière.
Elle loue au mois et peut donc, comme la retraitée ci-dessus et le jeune ci-dessous, être mise à la porte du jour au lendemain, au premier retard de loyer. Or, comme elle a emprunté pour s’acheter une voiture, outil indispensable pour se rendre la nuit au guichet de l'autoroute (et pour ne pas dormir tout à fait dans la rue), elle a aussi les traites de la voiture à rembourser. Avec le loyer, elle ne s’en sort pas. Elle a donc deux mois de retard. Heureusement elle a trouvé un second travail de jour…

Un jeune homme (trentaine) à l'étage en dessous, est à peu près dans la même situation, vient-elle de découvrir. Sauf que, lui, n’a pas pu « profiter » d’un squat amical et s’est retrouvé et sans toit et sans rien à manger… La rue, pas de quoi se nourrir, entrer dans une boulangerie, pour s’acheter une demi baguette. La faim et la honte témoigne-t-il, ça vous pousserait au vol… Il s’est retenu. Mais l’humain, lui, il n’y croit plus du tout… Et, tout comme elle, il pourrait bien se retrouver à la rue une seconde fois. Parce que du travail, il n’y en a pas ! ( Enfin si, distributeur de presse à 2 euros de l’heure comme l'avait fait ma copine. 2 euros de l'heure, sous couvert de "forfait"...). Elle me raconte tout cela... Et me dit n'avoir pas révélé sa propre situation au jeune-homme...

Enfin j’ai moi-même passé un mois à « errer » d’un toit « amical » à l’autre, dont un matelas dans un studio en chantier, vu que, pareil, je n’avais personne pour se porter caution. Pas de « rue » donc, mais n’ayant rien occulté de ma situation, j’y ai perdu la moitié de mes amis au bas mot (alors qu'elle était moins dramatique). M'en cacher aurait probablement mieux valu du point de vue social, parce que voir son réseau s'effondrer augmente et le sentiment de précarité et les occasions de rebondir. Mais pour ce qui est des "amis", au fond, non : ça rend lucide.

Bref la misère gagne et ne se voit pas. En France on est silencieusement passé de "classe laborieuses, classes dangereuses", à "classes miséreuses, classes honteuses". 
Donc, rassurez-vous braves gens : aucune "explosion sociale" en vue. On implose, c'est tout (on tombe malade, on se suicide, on part en Afrique...)

Suite probable au prochain numéro, après enquête.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pompiloup 11/03/2010 03:21


Pour info: 4 locataires sur 30 ça fait 13,33 % (que l'on peut arrondir par défaut à 13%) et non 8 %.


Amada 11/03/2010 11:57


Bonjour Pompiloup,

oui, merci pour ces calculs. Cela dit c'est 30 et quelques apparts. Mais bon, 10% c'est 1 perspnne sur 10, quand même !
Cordialement
Amada 


Faldarf 15/02/2010 16:26


C'est toujours mieux en le disant. Bravo pour ce témoignage. Je partage votre conclusion. Etre pauvre/à la rue, ne pas s'en sortir, c'est très mal vu par la société, les parents, les collègues. Les
vraies amis n'en font pas cas, et c'est cela qui fait leur rareté :)
Pour le reste, la France va mal, l'accès au logement est un problème complexe mais qui pourrit la vie de millions de personnes.


Amada 15/02/2010 18:02


Bonjour Faldarf,

merci. Oui c'est mieux en le disant. Mais c'est vraiment honteux d'en arriver là tant du point de vue économique que moral. C'est un scandale. Mais tant que les gens auront honte et les autres peur
sans se le dire...
Cordialement
Amada 


Présentation

  • : Le blog d'Amada
  • Le blog d'Amada
  • : Un regard ethnologique et artistique sur les dysfonctionnements quotidiens en France, comme par exemple l'emprise dérégulant des hots-lines, les incessantes trangressions des règles, les solutions bloquées par la rigidité idiote des catégories administratives. Bref les raisons de la lassitude et de la passivité politique des Français.
  • Contact

Profil

  • Amada
  • Ethnologue, journaliste, écrivain.
  • Ethnologue, journaliste, écrivain.

Bienvenue sur mon blog

La "dérégulation", une histoire lointaine ?
 Non. C'est au quotidien qu'elle s'impose !

De nouvelles pratiques sociales — notamment les hot-lines et les centres d'appels, ou l'usage administratif et commercial d'Internet, pour ne parler que d'elles — sont subrepticement devenues sources d'une multitude d'abus de pouvoir relativement invisibles, d'illégalités sourdes, d'arnaques silencieuses.

Ces "minuscules" dysfonctionnements génèrent un "aquabonisme" de plus en plus massif, une lassitude généralisée... Et, en ce domaine, la réalité dépasse souvent la fiction. 
Histoire de faire sauter les langues idiotes qui, bien souvent, soutiennent en choeur les imbécillités, les incohérences et le cynisme ambiant de cette "dérégulation" :

 - Les déboires d'Amada" racontent des faits significatifs. 
 - Le laboratoire d'Amada  présente des esquisses théoriques tirées pour la plupart des premiers (textes déposés). 
- AmadO's blues : un de mes amis s'agace avec moi de la confusion mentale généralisée. Je lui ai ouvert mon blog.
- Les articles Michaël Jackson sont des tentatives pour éclairer certains pans de nos sociétés  médiatiquement orchestrées (textes déposés.).
- Plus quelques notules, quelques textes fondateurs et des liens...

Bonne lecture !

A signaler

Argent, dette, intérêts : ouvrir les yeux !  
A.J.Holbeq: 150 millions par jour pour les seuls intérêts de la dette en France . Faits et chiffres à propos de ce racket
 

Une façon critique jubilatoire de lire le monde : Celle de P. Reymond.

Et vu du ciel astrologique, ça donne quoi ?

Archives

Brèves

Avril 2011 :Destruction herboristerie, phytothérapie, semences traditionnelles par l'UE.
Halte au massacre > Explications et Pétition 
http://www.defensemedecinenaturelle.eu/