Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 novembre 2009 5 27 /11 /novembre /2009 16:48

Le téléphone sonne. Je décroche. Je n’ai pas le temps de dire ouf qu’une voix enregistrée (de femme bien sûr) m’annonce qu’il s’agit d’un appel d’Electricité de Gaule pour, je cite : « madame (petite pause, bref changement de voix, celle-là plus robotisée) Coco Brigitte ». Ce n’est pas moi. Je raccroche.
Une demi-heure plus tard, rebelote. Je raccroche.
Une demi-heure plus tard, rebelote. Je raccroche.
Une demi-heure plus tard…
Je sais, c’est lassant.  Donc je finis par accepter la suite. La voici ;

« Si vous êtes madame (petite pause, bref changement de voix, celle-là plus robotisée) Coco Brigitte, appuyez sur la touche je-ne-sais-plus-combien de votre téléphone. »
Et d’une, je ne suis pas madame Coco Brigitte, et de deux je n’aime pas qu’on me donne des ordres, encore moins si c’est une machine qui le fait. Bref, je n’appuie pas. Et bien bonjour la suite !
« Si vous n’êtes pas « madame (petite pause, bref changement de voix, celle-là plus robotisée) Coco Brigitte », vous devez appuyer sur la touche 2 de votre téléphone. »

« Vous devez » ! ? Mais de quel droit une machine se permet-elle de faire la loi ? Excédée à l’idée que, de toute façon, ça va recommencer dans une demi-heure, j’obéis (comme quoi la répétition bêtasse c’est bien plus puissant que ce que je croyais. A retenir).

Bon, donc, j’appuie et « ça » enchaîne : « Si vous souhaitez qu’on vous mette en attente le temps d’aller chercher « madame (petite pause, bref changement de voix, celle-là plus robotisée) Coco Brigitte… »

Mais b…. de m…., je ne suis pas madame Coco ! Et, non, je ne souhaite pas aller la chercher n… de n… !

…. « ou si vous souhaitez donner le numéro sur lequel l’on puisse vous joindre… »

Si je souhaite donner un numéro sur lequel on puisse me joindre ? Mais pour quoi faire bon sang ! Je ne suis pas du tout concernée ! C’est un vrai traquenard ce truc ! Au secours !

«Si vous n’êtes pas  madame (petite pause, bref changement de voix, celle-là plus robotisée) Coco Brigitte , appuyez sur la touche 4 de votre téléphone. »
Et pof, me voilà ravie d’obéir ! Non mais on aura tout vu !
Inspire, expire, inspire, expire, calme-toi, c’est fini. Ouf.

Une petite demi-heure plus tard, le téléphone sonne et… C’est encore cette satanée voix ! Mais puisque je viens de lui dire que je ne suis pas Coco Brigitte ! Je raccroche.

Une petite demi-heure plus tard, le téléphone sonne encore. Je m’apprête à débrancher la prise lorsque je me rends compte que c’est mon autre téléphone (et oui, j’en ai deux, vous savez, le « normal » et le « 90 » quelque chose). Heureusement que je m’en suis rendu compte ! C’était une amie dont j’attendais des nouvelles depuis un bon moment ! Ravie de l’entendre (et très soulagée d’avoir échappé au harcèlement de l’autre) j’entame avec elle une joyeuse conversation.

Au beau milieu, le téléphone sonne. « Excuse-moi une minute » que je lui fais bêtement en décrochant le second combiné. Appel de ? EDG pour Coco ! Incroyable ! Je raccroche et raconte. Mon amie se poile, évidemment. Ce que je comprends, mais bon, elle n’est pas à ma place. Et, une demie-heure plus tard, nous sommes de nouveau interrompues. Par ? EDG Coco !

Je vous épargne les répétitions qui ont suivi. Un coup je raccroche, un coup, je répond. En vain, ça continue. Jusqu’à ce que, prenant mon courage à deux mains je finisse par appeler la hot-line (à mes frais s’entend). « Bidule Machin, me répond une voix enthousiaste et juvénile (de femme), que puis-je faire pour vous ? »

- Vous pouvez-me répéter votre nom ? je demande.

- Si vous voulez (légèrement ironique), j’entend, puis un truc compliqué que je fais répéter lettre par lettre pour le noter soigneusement, avant de préciser qu’il est 19h32 « nous sommes d’accord ? »

- Oui Madame. L’objet de votre appel ?

- Il y en a deux. Primo je suis victime d’un harcèlement téléphonique de votre part, adressée à une certaine madame Coco Brigitte que je ne suis pas. Que dois-je faire ?

- Vous pouvez me donner l’adresse de cette dame ?

- Pardon ? Mais je ne la connais pas ! Comment voulez-vous que…

- Si je n’ai pas l’adresse madame, je ne peux pas…

- Ecoutez madame Bidula Machina, j’épelle clairement à partir de mes notes, légèrement menaçante, je ne peux pas vous donner cette adresse, ce nom m’a été imposé par vos machines. Donc je vous demande de bien vouloir « tracer » — c’est ainsi que l’on dit, je crois — mon appel et ma plainte. Voici mon numéro de téléphone, xxxxxxxx.

Et j’ajoute :

- Ceci fait, comment puis-je me faire rembourser cet appel qui n’est motivé que par un harcèlement injustifié de vos machines ?

- Ah et bien pour ça, il faut écrire à la direction, moi je ne peux…

Etc. Donc, on me harcèle sans raison par téléphone et par machine (!) et pour être sûre d’arrêter le « truc » (harcèlement, plus, ai-je soudain la crainte, une élévation tout aussi injustifiée de facture) je dois perdre mon temps avec une coûteuse hot-line pour m’entendre dire qu’il faudra, pour me faire rembourser, aligner 5 euros pour un RAR ?!
Et bien oui ! Nous en sommes là : à devoir subir des abus à tous les niveaux (abonnements télé, abonnements téléphoniques, etc).

Et, bien sûr, toujours pas de « class actions » autorisées en France. Histoire je suppose de perpétuer l’entubage permanent, la lassitude généralisée (si les bras pouvaient nous en tomber définitivement, que ce serait juteux !), la servilité de tous et la dérégulation en règle ! ? 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'Amada
  • Le blog d'Amada
  • : Un regard ethnologique et artistique sur les dysfonctionnements quotidiens en France, comme par exemple l'emprise dérégulant des hots-lines, les incessantes trangressions des règles, les solutions bloquées par la rigidité idiote des catégories administratives. Bref les raisons de la lassitude et de la passivité politique des Français.
  • Contact

Profil

  • Amada
  • Ethnologue, journaliste, écrivain.
  • Ethnologue, journaliste, écrivain.

Bienvenue sur mon blog

La "dérégulation", une histoire lointaine ?
 Non. C'est au quotidien qu'elle s'impose !

De nouvelles pratiques sociales — notamment les hot-lines et les centres d'appels, ou l'usage administratif et commercial d'Internet, pour ne parler que d'elles — sont subrepticement devenues sources d'une multitude d'abus de pouvoir relativement invisibles, d'illégalités sourdes, d'arnaques silencieuses.

Ces "minuscules" dysfonctionnements génèrent un "aquabonisme" de plus en plus massif, une lassitude généralisée... Et, en ce domaine, la réalité dépasse souvent la fiction. 
Histoire de faire sauter les langues idiotes qui, bien souvent, soutiennent en choeur les imbécillités, les incohérences et le cynisme ambiant de cette "dérégulation" :

 - Les déboires d'Amada" racontent des faits significatifs. 
 - Le laboratoire d'Amada  présente des esquisses théoriques tirées pour la plupart des premiers (textes déposés). 
- AmadO's blues : un de mes amis s'agace avec moi de la confusion mentale généralisée. Je lui ai ouvert mon blog.
- Les articles Michaël Jackson sont des tentatives pour éclairer certains pans de nos sociétés  médiatiquement orchestrées (textes déposés.).
- Plus quelques notules, quelques textes fondateurs et des liens...

Bonne lecture !

A signaler

Argent, dette, intérêts : ouvrir les yeux !  
A.J.Holbeq: 150 millions par jour pour les seuls intérêts de la dette en France . Faits et chiffres à propos de ce racket
 

Une façon critique jubilatoire de lire le monde : Celle de P. Reymond.

Et vu du ciel astrologique, ça donne quoi ?

Archives

Brèves

Avril 2011 :Destruction herboristerie, phytothérapie, semences traditionnelles par l'UE.
Halte au massacre > Explications et Pétition 
http://www.defensemedecinenaturelle.eu/